Embellissements et évolution détails - BASILIQUE SAINT LOUIS-MARIE GRIGNION DE MONTFORT

Aller au contenu

Embellissements et évolution détails

La Basilique > Textes-Historique
4- Embellissements et évolutions de la basilique.
1956. Mise en place d'un maître-autel en granit rose venant des carrières de Saint-Macaire-en-Mauges.

Fin 1958. Deux nouveaux ambons sont placés.

Juillet 1959. Restauration du tombeau de Grignion de Montfort dont l'état avait été jugé peu digne par Mgr RONCALLI, nonce apostolique et futur pape Jean XXIII.

De novembre 1959 à avril 1960, nouvelle tranche de travaux : ravalement de la partie neuve de l'église située au-dessus de la tribune (entreprise DELAUNAY, des Ponts-de-Cé) ; et « il s'agit cette fois-ci de s'attaquer à la sculpture des colonnettes et chapiteaux ». Sculpteurs

1960. Réfection en urgence de la toiture, charpente et zinguerie, partie droite du transept et au-dessus de la descente de la crypte.
Et, dans les années suivantes : réfection par tranches de l'ensemble de la toiture de la partie ancienne de l'édifice : transept et abside.

Hivers 1960-61 et 1961-62, par étapes successives, le ravalement intérieur de la nef se poursuit (entreprise R. PRIEZ et L. LILLO, de Nantes).

Été automne 1962, puis années suivantes, au gré des finances : nouvelle phase de pose de vitraux.

Du 2 au 8 décembre 1962, la municipalité réalise les travaux du parvis de l'église. Revêtement en enrobé rose.

Avril-mai 1963. A l'emplacement de la porte latérale droite de la nef, jamais utilisée, est posé un vitrail de VAN GUY en verre éclaté serti en béton. Il symbolise l'Esprit-Saint, source de Vie, avec la Foi (or), l'Espérance (vert), la Charité (rouge).
 Ce vitrail sert d'arrière-plan à un nouvel aménagement des fonts baptismaux, avec la mise en place de la belle vasque en marbre noir veiné de blanc d'époque Restauration. Un couvercle de bronze remplace le couvercle de bois trop lourd. Une grille ferme cette nouvelle chapelle baptismale. Baptistère

Au début de 1963, une équipe de sculpteurs de l'entreprise PRIEZ-LILLO de Nantes sculpte les bases (feuillages et moulures) et les bagues (macarons) des six colonnes de la nef. Coût de plus d'un million de francs réglé par la municipalité.
Ravalement de la partie ancienne de l'église (terminé pour la Semaine Sainte).
 
Mars 1963. L'orgue, placé initialement dans le chœur, derrière le maître-autel, « où il coupe les lignes architecturales des cintres », est nettoyé et réparé et reçoit un nouvel emplacement devant la rosace du transept droit…
Le beau calvaire qui se trouvait à cet endroit est enlevé puis replacé ultérieurement en face de l'escalier de la crypte (sans la statue de Saint Jean).
Tous ces embellissements de l'église ont bien sûr pour objectif de revêtir de beauté les grandes fêtes à venir qui la concernent.
 
23-25 août 1963. Consécration et érection de l'église en « Basilique mineure », en vertu d'un décret signé de JEAN XXIII :
le vendredi 23, soirée des jeunes, route vers Saint-Laurent ;
le samedi 24, 16h00 - consécration par Mgr CAZAUX, évêque de Luçon ;
                           21h00 - rassemblement au calvaire, procession aux flambeaux ;
le dimanche 25 :
11h00 - dans la prairie de Saint-Gabriel, messe pontificale par Mgr MAZERAT, évêque d'Angers ; Messe
15h30 - présentation des madones du Père de MONTFORT ; procession des reliques ; proclamation solennelle du titre de    « Basilique mineure » par Mgr CAZAUX. Consécration

Par cette proclamation, Saint Louis-Marie Grignion de MONTFORT devient le « titulaire » de cette Basilique ; Saint Laurent demeure le « patron » du lieu.
N. B. : Jours de grande joie, mais aussi jours de grande souffrance, tel fut ce triduum pour le Père LOGEAIS, l'âme infatigable de ce chantier de la Basilique. En effet, le 4 août 1962, il fut atteint d'une hémorragie cérébrale et le 13 juillet 1963, à la suite d'une artérite aiguë, on fut obligé de l’amputer d’une jambe. C’est dans cet état et sur un brancard qu’il assista à la consécration solennelle de la Basilique, le 25 août 1963.
Mai 1966. En application des réformes liturgiques voulues par le Concile Vatican II (1962 - 1965), l'autel est placé plus en avant du chœur et le tabernacle est enlevé.
 
Du 15 au 20 février 1970. Pose d'une estrade en bois sous l'autel.
 
1978. Installation de tambours aux deux portes latérales de la façade.
Aménagement de la crypte pour la célébration des messes le samedi soir.

1988 - 1989. Réaménagement du chœur de la Basilique : suppression de la table de communion, confection d'un vaste podium pour rendre plus aisé le déroulement des cérémonies (en remplacement de l'estrade posée en 1970).
 
Fin mai-début juin 1992. Nouveaux tombeaux.
Les tombes du Père de MONTFORT et de Marie-Louise TRICHET ont été réorientées pour la commodité des célébrations.    
La pierre tombale de Marie-Louise TRICHET, brisée lors des travaux d'aménagement des tombeaux, a été fixée au mur à côté de celle de MONTFORT et on en a doré les lettres.
Au pied de ces deux tombeaux, demeure celui du Marquis de MAGNANNE, ami et disciple de MONTFORT, et bienfaiteur de ses congrégations. Il est recouvert d'une plaque de protection transparente.
Ces travaux de transformation des tombeaux ont été réalisés par la Granitière d'Anjou, de Mauléon (Deux-Sèvres).

Le 23 juin, l'évêque de Luçon, Mgr GARNIER, est venu se rendre compte de l'achèvement des travaux.
 
1992 - 1993. Réparation de l'installation électrique et de la majeure partie de la toiture (charpente et couverture).
 
Le 16 mai 1993. Béatification à Rome de Marie-Louise TRICHET (co-fondatrice des Filles de la Sagesse).
 
Le 23 mai, à Saint-Laurent-sur-Sèvre, grande cérémonie et pèlerinage en l'honneur de la nouvelle bienheureuse.
Le matin, messe solennelle présidée par Mgr François GARNIER, évêque de Luçon, et concélébrée par 5 évêques et quelque 70 prêtres. Elle a lieu dans la grande prairie à l'arrière de la Basilique.
L'après-midi, un hommage des Filles de la Sagesse, venues de tous les continents, est rendu dans la Basilique à leur Mère Fondatrice. Un reliquaire est porté en procession jusqu'à la chapelle de la Sagesse. Un autre reliquaire est destiné à la Basilique.
 
1994. Restauration des vitraux de la nef et des chapelles absidiales, nécessitée, en particulier, par le mauvais état des barlotières (ferrures). Réalisation : SARL Vitrail-Remouillé (Loire-Atlantique).
 
Du 9 janvier au 15 avril 1995. Nouvelle mise en lumière intérieure de la Basilique, qui souligne en beauté l'harmonie et la puissance architecturale de l'édifice. Pendant cette période, la Basilique étant fermée au public, les messes dominicales ont lieu dans la chapelle de la Sagesse.
La maîtrise d'œuvre de l'opération a été assurée par la Société Mainguy (agence de La Roche-sur-Yon). Coût global, avec la crypte et la sacristie : 935 570 F HT.
 
19 septembre 1996. Pèlerinage du Pape JEAN-PAUL II aux tombeaux du Père de MONTFORT et de Marie-Louise TRICHET :
16h55, arrivée de l'hélicoptère papal dans la Communauté de la Sagesse. Message aux jeunes scolaires présents.
JEAN-PAUL II se rend ensuite à la Basilique où il se recueille devant les tombeaux de MONTFORT et de Marie-Louise TRICHET.
À l'issue des vêpres chantées en présence des autorités politiques de la Région et de représentants de communautés religieuses de l'Ouest, JEAN-PAUL II retourne à son hélicoptère.
Juillet 1998. L'orgue de la Basilique, qui date de 1898, est démonté et envoyé en Italie. Prix de vente : 80 000 F. À sa place est installé un nouvel orgue construit par Barthélémy FORMENTELLI en 1987 en ses ateliers de Verona (Italie) : orgue à 3 claviers et pédalier complet de 45 jeux réels pour un total de 2 900 tuyaux. Coût : 1 500 000 F.
Inauguration le 13 septembre par un concert donné par Jean-Paul LÉCOT, titulaire des grandes orgues de la Basilique de Lourdes. Orgue

SECOND SEMESTRE 1998. Restauration du tableau «  Le Martyre de Saint Laurent », XIX° siècle ; dimensions hors cadre : 209x160 cm.
Cartonnage, rentoilage, châssis neuf à l'atelier Gérard TEN KATE, Brillac (Charente).
Restauration de la peinture : Josette JAUD, Maillezais (Vendée).
Coût global de près de 40 000 F.
Le tableau a été placé le 7 décembre 1998 dans le transept droit, sous le vitrail de Saint Laurent.
 
19 décembre 1999. Bénédiction de l'autel et de l'ambon nouveaux, instaurés comme « mémoire du pèlerinage de Jean-Paul II ».
Selon les plans de Mme ROY-PARMENTIER, les émaux ont été réalisés par les moines de Ligugé et le travail du cuivre par un dinandier de Limoges.
Financement grâce à un don de 100 000 F remis à la Basilique comme « reliquat » des excédents du pèlerinage de JEAN-PAUL II en 1996 à Saint-Laurent et Auray.

2000. Église jubilaire (deux tapisseries sont mises dans le chœur). Création dans la nef de deux lieux d'accueil pour le sacrement de réconciliation.

Pour le Noël de l'an 2000, la pierre tombale de René Félix ROUGEOU, Sieur de la Jarrie, curé doyen de Saint-Laurent de 1712 à 1746, qui se trouvait dans l'ancienne église et, après la démolition de celle-ci, dans une maison particulière, est fixée au mur en haut de l'escalier de la crypte.
C'est ROUGEOU de la Jarrie qui a accueilli MONTFORT pour sa dernière mission et qui l'a inhumé le 18 avril 1716. Il a également assuré la sépulture du Marquis de MAGNANNE en 1750 et de Marie-Louise TRICHET en 1759. Lui-même est décédé à Saint-Laurent en 1764.

Avril 2003. Mise en lumière de l'extérieur de la Basilique. Conception : Société Pierre BIDEAU, La Riche (Indre et Loire). Maîtrise d'œuvre : Société Mainguy.

18 novembre 2006. Inauguration après rénovation d'un tableau représentant le Baptême du Christ par Saint Jean-Baptiste, situé près du baptistère (nef, côté droit). Cette toile, achetée en 1853 par le curé CROSNIER, est très certainement du peintre nantais Jules ÉLIE DELAUNAY. Malheureusement, en 1963, ayant été mutilé d'un mètre de hauteur dans sa partie inférieure, ce tableau a perdu la signature de l'artiste, ce qui nous prive de l'absolue certitude de son identité.
Ce tableau a été restauré par Patrick BUTI (le Poiré-sur-Vie, Vendée) pour la somme de 4 700 €. Dimensions actuelles hors cadre : 179x159, 5cm.

Avril 2015, l'éclairage est refait, les lampes sont remplacées et mieux placées pour une mise en valeur de l'édifice et une consommation réduite.

Septembre-décembre 2016, restauration du beffroi, descente des cloches, nettoyage des cloches et de l'intérieur du clocher. (Voir restauratation)
Retourner au contenu