Relais Evangile - Basilique Saint Louis-Marie Grignion de Montfort

Aller au contenu

Relais Evangile

Relais d’Évangile
Dimanche 15 mai 2022
5e dimanche de Pâques
(Ac 14, 21b-27 ; Ap 21, 1-5a ; Jn 13, 31-33a.34-35)

Aimer sans compter

En ce mois de mai, les célébrations de mariage vont bon train. Ceux et celles qui ont découvert l’amour conjugal, décident de rendre public leur amour et demande à Dieu de les bénir par le sacrement du mariage.

Aujourd’hui, dans l’Évangile que nous propose l’Église, le Christ nous donne un commandement nouveau : « C’est de nous aimer les uns les autres » et il poursuit : « Comme je vous ai aimés » et insiste à nouveau : « Vous aussi aimez-vous les uns les autres. » Et il complète : « À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Jésus parle-t-il du même amour qui unit un homme et femme dans le lien du mariage et de la vie conjugale ?

Oui en quelque sorte, en omettant bien sûr l’aspect copulation qui donne la naissance des enfants.

Le commandement d’aimer que nous propose Jésus est aussi exigeant que l’amour pour son conjoint dans la vie de tous les jours. Apprendre à se supporter dans les moments tendus, être attentif à l’autre, partager ses joies et peines, vivre en communion, accepter les imperfections de l’autre, respecter l’engagement de la fidélité, etc.

L’amour dont nous invite à vivre le Christ est un amour fraternel, un amour pétri de charité, un amour qui n’est pas un amour comptable, intéressé, mais un amour vrai, sincère, disponible, totalement désintéressé.

Saint Paul (1 Co 12) dans son hymne à l’amour écrit : « J’aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.
L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt, il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune […] il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. »

Saint Paul résume ce que le Christ attend de nous et ainsi en vivant pleinement l’amour du prochain, nous chrétiens, nous devenons reconnaissables par notre état d’esprit, notre manière de vivre et de disponibilité, non pas reclus sur nous mêmes, mais tournés vers autrui. Ainsi, il sera dit comme dans les Actes des apôtres : « Voyez comme ils s’aiment » (Ac 4)

Jean en deuxième lecture (Apocalypse) nous relate ce qu’il a vu, à la place de notre terre avec son mélange de bonheurs et de malheurs, c’est une terre toute neuve où tous les hommes sont heureux ; une terre où tous s’aiment et où chacun et chacune ne pense qu’au bonheur des autres ; une terre où tout est changé parce que le cœur de chacun est changé et ne vit que l’amour de Dieu !

C’est cette terre nouvelle que Jésus nous invite à faire naître. Pour cela, il ne nous donne qu’un seul et unique commandement : « Aimez-vous les uns les autres. »

Depuis les premiers chrétiens d’Antioche ou de Jérusalem jusqu’à nos jours, cette terre existe déjà partout où des hommes agissent pour l’amour des autres.

« L’amour est un bien immense qui rend léger ce qui est lourd, et fait supporter avec une âme égale toutes les vicissitudes de la vie. En effet, il allège tous les fardeaux, et rend doux et savoureux tout ce qui est amer » 5, 3 imitation de Jésus-Christ.

Jean-Marie Quétier (Diacre)
Retourner au contenu