Relais Evangile - Basilique Saint Louis-Marie Grignion de Montfort

Aller au contenu

Relais Evangile

Relais d’Évangile ‐ 23ème dimanche du temps ordinaire
5 septembre 2021
(Is 35, 4-7a ; Jc 2, 1-5 ; Mc 7, 31-37)

Jésus a voulu s’éloigner des foules avides de sensation, des Pharisiens qui le harcèlent et du territoire d’Hérode dangereux pour sa santé. Il est parti vers des contrées païennes. Tout au long du chemin, il n’a pu s’empêcher de continuer à soulager la souffrance, en guérissant ceux qui se présentaient.

Il a poursuivi son chemin vers la Décapole. Sans doute ce long trajet, à travers des contrées où il n’est pas pressé par la foule, lui permet-il d’avoir des dialogues suivis avec ses apôtres.

C’est là que Jésus va guérir un sourd-muet. D’où vient-il ? Qui l’amène ? Probablement des proches de cet homme qui ont entendu parler de Jésus.

Jésus le prend à part du petit groupe qui l’a accompagné. Pourquoi ? Ce n’est pas pour céder à la foule qu’il va accomplir ce miracle. Il veut que cet homme ait la possibilité d’une réelle rencontre avec lui. Elle est nécessaire à la démarche de foi qui le fera accéder à la guérison.

Seuls les apôtres seront témoins du déroulement du miracle. Les gestes un peu mystérieux que Jésus fait sont conformes aux pratiques des guérisseurs. Il utilise sa salive, à laquelle on attribuait des vertus curatives pour délier la langue. Il met ses doigts dans les oreilles comme pour les ouvrir. Mais il ne s’en tient pas là, il élève les yeux vers le ciel pour indiquer la source d’où lui vient son pouvoir. Il pousse un profond soupir, un gémissement qui est à la fois prière à son Père et la douleur qu’il éprouve en prenant sur lui nos infirmités. Puis il ordonne : « Effata » qui signifie « Ouvre-toi ». Et sa Parole est efficace. Les oreilles du sourd s’ouvrent et sa langue est dénouée. L’homme devient capable de communiquer, sa vie est transformée, sa personne renouvelée.

Seigneur, nous avons besoin, nous aussi, que tu ouvres nos oreilles et que tu délies notre langue pour que nous soyons capables de recevoir ton message. Oui, ne soyons pas muets devant une parole d’apaisement à dire, devant un conseil à donner ou une remarque constructive à faire.

P. Jacques ARROUET, smm
Retourner au contenu