Relais Evangile - Basilique Saint Louis-Marie Grignion de Montfort

Aller au contenu

Relais Evangile

Relais d’Évangile ‐ La sainte Trinité - 30 mai 2021
(Mt. 28, 16-20)

L’Évangile qui nous est proposé en cette année B est la fin de l’Évangile de Matthieu, c’est en quelque sorte le point culminant de son évangile.

Les disciples obéissent au message transmis par les femmes : allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. Jésus fidèle à sa promesse leur apparaît. Leur première attitude est celle du prosternement mais elle n’empêche pas chez certains le doute car la Résurrection nous dépasse, elle nécessite un cheminement, un compagnonnage ; le doute est présent dans toute les apparitions pascales et c’est dans l’agir missionnaire que les disciples pourront vaincre leurs doutes en mettant en œuvre ce que Jésus leur commande et en en voyant les fruits. La foi grandit quand elle est partagée.

En effet, Jésus, après leur avoir affirmé que tout pouvoir lui a été remis les envoie en mission : allez…

Ce pouvoir de guérir, de remettre les péchés, de libérer que Jésus a exercé durant sa vie publique et dont ils ont été les témoins, sa mort ne l’a pas brisée mais parce qu’il est ressuscité, il est bien le Seigneur à qui le père a remis tout pouvoir et c’est pourquoi il envoie ses disciples dans le monde pour continuer cette œuvre de salut.

Qu’attend Jésus de ses disciples : 3 choses selon Matthieu

* gagner d’autres disciples par leur prédication et leur témoignage de vie. Être disciple, cela veut dire se mettre à l’écoute d’un maître et partager ses vues, et c’est ce qu’ils ont fait en vivant avec Jésus ; c’est inviter d’autres à faire cette même expérience que nous avons faite d’un Dieu qui transforme nos vies et permettre à d’autres de découvrir cette loi d’amour que Jésus nous enseigne. Nous ne sommes pas les adeptes d’une doctrine mais les disciples d’un maître. Matthieu insiste sur l’envoi à toutes les nations, la Bonne Nouvelle s’adresse à tous ; avec la Résurrection s’ouvre le temps de l’universalité.

* la deuxième demande de Jésus, c’est le Baptême. Les disciples ne sont pas envoyés pour enrôler mais pour baptiser, c'est-à-dire faire jaillir la vie, offrir la possibilité de vivre du Christ. Être baptisé, c’est être « plongé » dans la vie divine. Celui à qui la Bonne nouvelle est annoncée doit être agrégé à la communauté par le baptême qui nous fait fils et fille de Dieu. La mission s’enracine dans cette appartenance à une communauté, celle des frères et sœurs de Jésus ; de même que Jésus s’est adjoint des disciples dès le début de sa vie publique, ainsi le témoignage est toujours celui d’une communauté qui partage la même foi. Le baptême nous plonge dans l’amour trinitaire, Dieu est communion d’amour et nous ne pouvons en témoigner qu’en vivant entre nous cette même communion pour laquelle Jésus a prié.

* la troisième demande concerne l’observation des commandements : il n’y a pas de foi sans conduite éthique, la foi se vérifie par les actes nous avertit Saint Jacques dans sa lettre : mettez la Parole en pratique, ne vous contentez pas de l’écouter : ce serait vous faire illusion. Chaque baptisé doit faire fructifier cette nouvelle appartenance et à en témoigner.

Pour accomplir cette mission les disciples ne sont pas laissés à leur propre force, Jésus les assure de sa présence : et moi je suis avec vous jusqu’à la fin du monde. Jésus est pour toujours l’Emmanuel, Dieu avec nous.

Alors soyons comme ne cesse de nous y invité le pape François des disciples missionnaires.


Pierrette Maigné, Vierge consacrée
Fraternité Mariale Montfortaine
Retourner au contenu