Relais Evangile - Basilique Saint Louis-Marie Grignion de Montfort

Aller au contenu

Relais Evangile

Relais d’Évangile ‐ Dimanche de Pâques - 4 avril 2021
CHRIST EST RESSUSCITÉ ! ALLÉLUIA !

Tout le monde le croyait mort, bien mort. Mais Jésus pouvait-il rester mort ? Jésus ne pouvait disparaître à tout jamais. Dieu était avec lui.
Jésus est vivant pour toujours parce que Dieu l’aime depuis toujours. « Christ est ressuscité », nous le chantons avec tous les chrétiens.
Ce n’est pas facile à croire, les Apôtres ont eu du mal, mais aidés par l’Esprit-Saint en eux, ils ont cru. Jésus est vivant pour toujours : il est plus fort que la mort. Il apporte une vie nouvelle : tout peut enfin changer. Les péchés sont pardonnés, nous sommes réconciliés avec Dieu, nous sommes ses enfants pour toujours.

Le tombeau vide

« Pourquoi chercher le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, mais il est ressuscité » (Lc 24, 5-6).
Dans le cadre des événements de Pâques, le premier élément que l’on rencontre est le sépulcre vide. Il n’est pas en soi une preuve directe. L’absence du corps du Christ dans le tombeau pourrait s’expliquer autrement. Malgré cela, le sépulcre vide a constitué pour tous un signe essentiel. Sa découverte par les disciples a été le premier pas vers la reconnaissance du fait même de la Résurrection. C’est le cas des saintes femmes d’abord, puis de Pierre. « Le disciple que Jésus aimait » (Jn 20, 2) affirme qu’en entrant dans le tombeau vide et en découvrant « les linges gisant à terre » (Jn 20, 6) « il vit et il crut » (Jn 20, 8). Cela suppose qu’il ait constaté dans l’état du sépulcre vide que l’absence du corps de Jésus n’a pas pu être une œuvre humaine et que Jésus n’était pas revenu à une vie terrestre comme cela avait été le cas de Lazare.

Marie de Magdala et les saintes femmes, qui venaient achever d’embaumer le corps de Jésus enseveli à la hâte à cause de l’arrivée du Sabbat le soir du Vendredi Saint, ont été les premières a rencontrer le Ressuscité. Ainsi les femmes furent les premières messagères de la Résurrection du Christ pour les apôtres eux-mêmes. C’est à eux que Jésus apparaît ensuite, d’abord à Pierre, puis aux Douze.
Pierre, appelé à confirmer la foi de ses frères, voit donc le Ressuscité avant eux et c’est sur son témoignage que la communauté s’écrit : « C’est bien vrai ! Le Seigneur est ressuscité et Il est apparu à Simon » (Lc 24, 34).

Tout ce qui est arrivé dans ces journées Pascales engage chacun des apôtres et Pierre tout particulièrement dans la construction de l’ère nouvelle qui a débuté au matin de Pâques. Comme témoins du Ressuscité ils demeurent pierres de fondation de son Église.

Et nous les disciples du Christ en 2021, les successeurs des Saintes femmes, des témoins d’Emmaüs, des cinq cents personnes dont parle Paul auxquelles Jésus est apparu en une seule fois…, sommes-nous pleinement conscients que par : la flagellation, le couronnement d’épines, le portement de croix, les clous dans les mains et les pieds, le coup de lance dans la poitrine, la mort de Jésus sur la croix et sa Résurrection, nous sommes sauvés ? Sommes-nous conscient que notre relation au Père est restaurée ? Nous sommes passés de la mort à la vie par la mort et la résurrection de Jésus.

Marie-Noëlle Thabut résume ainsi le don du Christ pour nous : « Jésus qui a vécu toute sa vie terrestre en homme libre, nous ouvre le chemin d’un nouveau mode de vie, dicté seulement par l’amour du Père et l’amour du prochain. »
Ne restons pas bloqués à la porte du sépulcre vide, Christ est ressuscité, alléluia.

Jean-Marie Quétier (Diacre)
Retourner au contenu