Edito - Juin 2020 - Basilique Saint Louis-Marie Grignion de Montfort

Aller au contenu

Edito - Juin 2020

Edito
Mois de juin
2 juin 2020

Sacré Coeur de Jésus et le Coeur Immaculée de MarieAprès le mois de Marie, nous voici au mois de juin, mois dédié au Sacré-Cœur. La reprise des cérémonies religieuses nous a valu un nouveau départ, mais avec toutes les consignes sanitaires à respecter. C’est vrai ! Nous devons toujours être prudents. Désormais, rien ne sera plus comme avant : saluer les autres en gardant une distance d’au moins 1 m, porter un masque et se laver les mains avec du gel hydroalcoolique à l’entrée de la Basilique ne sont pas des gestes habituels pour chacun d’entre nous. Mais nous les acceptons au nom de la charité fraternelle ; ainsi nous pouvons continuer notre route avec confiance et patience.

Au lendemain de la Pentecôte, nous fêtons la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église, notre mère. Nous sommes tous membres du Corps du Christ pour ne former qu’un seul corps. Le Père de Montfort dit que la Vierge Marie a enfanté le Christ, la tête du Corps, elle nous enfante aussi en tant que membres de ce corps (cf. VD 32). C’est pourquoi nous appelons le Vierge Marie, notre Mère. De plus, le 20 juin, nous fêterons la mémoire du Cœur Immaculé de Marie.

Ensuite, ce mois de juin est ponctué de solennités : la Sainte Trinité, le Saint Sacrement, le Sacré-Cœur, la nativité de Jean Baptiste, la fête de Saint Pierre et Saint Paul apôtres. Ce qui signifie que nous sommes appelés à célébrer le mystère de l’amour de Dieu, le mystère de notre salut.

En tant que sanctuaire, beaucoup d’activités de la Basilique ont été annulées ou reportées, mais les différents services reprennent petit à petit pour assurer l’accueil et les célébrations. Afin de respecter les consignes sanitaires, le nombre des places assises dans la Basilique est limité à 300. Deux messes sont célébrées chaque dimanche à 10h30 et à 18h30.

Nous confions au Sacré-Cœur de Jésus et au Cœur Immaculée de Marie notre vie, notre famille et tous nos soucis.
Le recteur


Retourner au contenu